Lavoirs et laiterie

Les lavoirs

pict0013-2.jpgA Pizay on a connu l'existence de deux lavoirs.

C'est en 1883 que l'on entreprend la construction du tout premier lavoir qui se situera au bord du Cottey et dont il ne reste aujourd'hui que les fondations. C'était un batiment de 11m de long et de 5m de large, couvert et donnant accès à un bassin rectangulaire par un petit escalier. Il devait pouvoir contenir une vingtaine de lessiveuses. Celles-ci faisaient leur lessive à genoux, les mains trempées dans l'eau.

Le lavoir a été détruit dans les années 1930 lorsque qu'un nouveau lavoir a été mis en place dans le village, plus près des habitations.

Les lavoirs ont finalement disparu avec la venue du réseau d'eau et la construction du château d'eau.

Le lavoir est réputé pour être un lieu de réunion et de convivialité. Il était surtout utilisé pour les périodes de grosses lessives durant le printemps. Pour atteindre le lavoir, le linge était transporté sur une charette à la force des bras ou à l'aide d'un cheval (surtout pour la lavoir "d'en bas").

pict0006.jpgLa laiterie

 

La laiterie, aujourd'hui hors service, est un bâtiment qui a été créé après la guerre par les cultivateurs. Il était gérépar un syndicat agricole qui s'occupait de la collecte du lait stocké dans le batîment. 

Le lait était ensuite transporté à la coopérative laitière de la Valbonne et transformé là-bas (fromage blanc, beurre..).

Le bâtiment comportait un bassin rempli par l’eau du puits qui se situait à l’intérieur. Le lait était mis dans des bidons de 20 litres qui pouvaient ainsi être refroidis pendant la nuit. La traite du matin, quant à elle,  partait « en l’état » et était chargée rapidement sur le camion de lait qui n’attendait pas. 

Ces bidons étaient placés dans des charrettes que les cultivateurs fabriquaient eux-mêmes. Elles étaient soit tirées à la main soit accrochées derrière un vélo comme des remorques.

Le transport du lait était destiné à la vente dont l'argent était distribué aux producteurs par le syndicat à la fin de chaque mois.